ANTIGONE

ANTIGONE

1:L'AUTEUR

Depuis longtemps attiré par le théâtre, admirant Cocteau et Giraudoux, Jean Anouilh (1910-1987) décide de se lancer à son tour. Il rencontre bientôt des hommes de métier avec lesquels il collabore, Georges Pitoëff, et André Barsacq. Ses œuvres, nombreuses, jouent sur le mélange des tons, et combinent le grotesque et le tragique, l’histoire et la satire*.

Malgré tout, on peut distinguer plusieurs tendances dominantes. Parmi les « pièces roses » , comme le disait lui-même Anouilh, citons : Le Bal des voleurs (1938), Le Rendez-vous de Senlis (1941). Parmi les « pièces noires » : La Sauvage (1934), Le Voyageur sans bagage (1937), Eurydice (1942), Antigone (1944), Roméo et Jeannette (1945). Il écrit aussi des « pièces brillantes » : L’Invitation au château, (1947, des « pièces grinçantes » : La Valse des toréadors, (1952), Pauvre Bitos ou le Dîner de têtes, (1956), des « pièces costumées » d’inspiration historique : L’Alouette, (1953), évoquant Jeanne d’Arc, Becket ou l’Honneur de Dieu, (1959), opposant un archevêque anglais à Henri II Plantagenêt, des « pièces baroques* »...